LES EMPLOYÉS DE L'AVIATION PERDENT-ILS LEUR AUDITION ?

Comment une exposition constante au bruit affecte-t-elle l'audition du personnel des compagnies aériennes ?
Le vrombissement d'un moteur d'avion et le grondement au décollage font partie du quotidien des commandants de bord. Mike Cottel, qui travaille depuis 25 ans comme pilote de ligne commerciale, inscrit ainsi à son actif quelques 15.000 heures de vol. Bien que ce métier présente des avantages, un des effets secondaires les plus déplorables est la déficience auditive.
Les pilotes qui arrivent en fin de carrière ont parfois plus de 30.000 heures de vol à leur actif. Lorsque vous convertissez ce chiffre en années, cela représente quasiment 4 ans d'exposition permanente à des niveaux de bruits de très forte intensité
- Cpt. Mike Cottell
Cette constante exposition au bruit peut être dangereuse pour les personnels de l'aviation. Les pilotes, le personnel de cabine, les mécaniciens et les bagagistes passent le plus clair de leur temps de travail dans un environnement bruyant. La plupart d'entre eux est désormais protégée contre le hurlement des moteurs, mais les générations précédentes ne l'étaient pas et le paient aujourd'hui.

Les résultats d'une étude réalisée par l'Agence américaine des statistiques du travail montrent que l'industrie de l'aéronautique possède le deuxième plus fort taux de surdité parmi ses employés après l'industrie du métal.
Les métiers tels que bagagistes, mécaniciens et techniciens de maintenance représentent une forte proportion des emplois de cette industrie. Ces types de travailleurs sont exposés
L'Agence américaine des statistiques du travail
Une exposition prolongée
À quel niveau de bruit les personnes travaillant auprès des avions sont-elles exposées ? Des chercheurs de l'université de Purdue ont mesuré l'intensité du bruit d'un avion qui décolle à une distance de 25 mètres à 150 dB, un son qui pourrait entraîner la rupture du tympan. Le bruit d'un avion décollant à une distance de 305 mètres était nettement plus faible (100 dB), mais toujours potentiellement susceptible d'entraîner de graves lésions auditives suite à une exposition de 8 heures, ce qui est plutôt courant chez les bagagistes et les employés travaillant sur le tarmac. En comparaison, des chercheurs ont mesuré le niveau d'une conversation dans un restaurant à seulement 60 dB.

Cottell déclare qu'un grand nombre de pilotes des années 60 et 70 souffrent aujourd'hui de problèmes d'audition car, à l'époque, ils ne portaient pas de protection pendant le vol ou lors des inspections avant les vols. L'emblématique Boeing 727, un des avions les plus populaires du moment, était alors connu pour être particulièrement bruyant.

Les pilotes ne sont pas les seuls à avoir souffert d'une exposition prolongée au bruit. Les bagagistes et les mécaniciens, qui travaillaient à l'extérieur de l'appareil, étaient exposés à des niveaux de bruits encore plus élevés que les pilotes.

En 2009, un bagagiste d'Air Suisse a poursuivi, avec succès, la compagnie aérienne en justice en raison d'une surdité qu'il disait avoir contractée suite à une exposition excessive au bruit pendant la manutention des bagages, alors que les moteurs des avions tournaient toujours. Il s'est également plaint que le bruit des tapis roulants avaient contribué à sa surdité.

Une étude menée en 2011 auprès de 327 employés de maintenance des avions en Suède a confirmé ce risque*. Elle a montré que les personnels de l'aviation, tous âgés de moins de 40 ans, présentaient un plus fort taux de surdité qu'une population de référence non exposée à un bruit professionnel.
Protection contre le bruit
Aujourd'hui, des recherches sont menées pour équiper les avions d'une "technologie active du contrôle du bruit" réduisant considérablement la nuisance sonore dans toute la cabine. Pour ce faire, la technologie crée une onde de pression d'amplitude égale et contraire au son non souhaité. Lors de l'ajout de cette onde, on obtient une ambiance plus silencieuse dans la cabine de l'appareil. Il s'agit précisément de la technologie déjà utilisée dans les casques à réduction de bruits. Elle peut être utilisée dans l'espace plus vaste que représente la cabine d'un avion.

Qui plus est, la majorité du bruit excessif provenant des avions est désormais filtrée grâce à des bouchons d'oreille et des casques d'écoute. L'association américaine de sécurité et de santé professionnelles exige que des protections auditives soient portées sur les lieux de travail où le niveau de bruit excède 85 décibels. Rob Hunter, responsable de la sécurité aérienne pour l'association des pilotes de la compagnie British Airline, assure qu'aujourd'hui la surdité n'est plus vraiment un problème chez les pilotes, étant donné que le port d'une protection auditive est obligatoire.

Selon Hunter, des recherches suggèrent que les pilotes ont tendance à développer une surdité dans une oreille seulement, étant donné que les casques d'écoute du cockpit ne sont généralement portés que d'un seul côté. Aujourd'hui, on incite les pilotes à porter des casques qui couvrent les deux oreilles. "Selon les pilotes, les avions ne sont plus aussi bruyants qu'ils ne l'étaient", conclut-il.

En dépit de ces améliorations, les pilotes et les autres employés de l'aviation doivent continuer d'être vigilants quant au risque que représente l'exposition au bruit. "Il s'agit de l'exposition à long terme", explique Cotell. "De nos jours, prévenir est indispensable. C'est une question de sécurité et de santé professionnelles".

LA SOLUTION ULTIME POUR LES PATIENTS PRÉSENTANT UNE SURDITÉ UNILATÉRALE

WIDEX CROS peut être programmé avec n'importe quelle aide auditive de la série DREAM, soit telle une option CROS, soit telle une option BiCROS pour accroître la sensibilisation et l'écoute.

Vous avez des questions sur nos produits?

Prendre contact avec nous